Le calendrier 2016 du coureur

Publié: février 4, 2016 dans Uncategorized

Bon, OK, on est en février, je n’ai rien posté depuis quelques semaines, mais j’ai une vie, moi. Je prépare, entre autres, l’ultra le plus dur de France, un monument qui fait peur aux plus grands. Prépare-toi, j’arrive, Ecotrail 50 !

Voici donc le calendrier 2016 de Progcoureur. Vous pouvez jeter la page de janvier, elle ne vous servira plus à rien !

EDIT : et le PDF avec les 12 mois
> Calendrier2016-Progcoureur

Stéphane, l’exploit de la SaintéLyon !

Publié: décembre 6, 2015 dans Fun

Trustant régulièrement le ventre mou des classements d’Eure-et-Loir du 10 km au semi, Stéphane a décidé, cette année, de passer à la vitesse supérieure en se mettant au « traïïïïïe ». Après une saison magnifique, marquée par une 178e place au Trail des Passerelles de Saint-Maur-sur-le-Loir et un DNF au Trail de l’Etang du Bois de Clos de Fontenay-sur-Eure, il s’est lancé dans l’aventure de la SaintéLyon.

« Bizarre… »

« Je me suis inscrit assez tôt sur le site officiel, la180.com. Bizarre, moi j’aurais plutôt appelé ça saintelyon.com, mais bon… J’ai bien suivi les recommandations du site, j’étais sur la ligne de départ dès 8 heures du matin à Lyon. Bizarre, il me semblait qu’on partait en nocturne de Saint-Etienne, mais je me suis dit que c’était sympa de varier un peu d’année en année. J’ai assez vite pensé que j’avais une bonne chance de faire un top 100 puisqu’on était une vingtaine au départ. Bizarre pour une course aussi mythique, mais je me suis dit que c’était plus sympa, ces pelotons à taille humaine. »

« Où sont les journalistes ? »

La course en tant que telle s’est parfaitement passée : « J’ai assez vite vu que les autres n’étaient pas des compétiteurs, ça allait quand même assez lentement. J’ai décidé de suivre le rythme et de placer une accélération à quelques kilomètres de l’arrivée. Vous auriez vu leur tête quand j’ai réussi à les distancer à 5 km de Saint-Etienne. Ils m’ont même hurlé dessus, ils voulaient qu’on reste groupés ! Pff, quand on n’a pas le niveau, on assume. En revanche, j’ai un peu été déçu de l’arrivée : peu de monde, pas de journalistes pour m’interviewer, aucune cérémonie protocolaire. J’ai attendu les autres, j’ai vu Kilian faire ça. C’est bien, pour des gens au-dessus du lot comme nous, de montrer aux moins doués qu’on respecte leur niveau, aussi petit soit-il ! Bref, on s’est retrouvé dans un resto, le ravito d’arrivée était super bien foutu. Vers 23 h, y en a un qui s’est levé : « Bon, allez, c’est l’heure, il s’agirait pas de louper le départ. » Ils devaient avoir un train à prendre. Moi, j’ai décidé d’attendre un peu puis d’aller me balader dans Saint-Etienne avec ma femme. Par contre, toujours aucune news de ma victoire à la SaintéLyon sur Internet et aucun coup de fil d’un journaliste ou d’une marque voulant me sponsoriser, alors que quand c’est du Manu Gault ou du Benoît Cori, on en entend parler ! »

« Ça a l’air marrant leur truc ! »

« Tiens, un truc marrant : on est sorti du resto vers minuit et y avait tout un troupeau de coureur qui partaient sur le parcours de la SaintéLyon, mais à l’envers ! Ça a l’air marrant leur truc, ils étaient super nombreux. Faudrait que je me renseigne pour participer l’an prochain  ! »

jwa4

Un nouveau numéro de Jogging’s World Attitude avec une exclusivité, puisque nous avons interviewé Dominique Chauvelier, d’habitude plutôt discret. Mais, surtout, à la grande surprise de notre journaliste, alors que l’entretien d’une heure touchait à sa fin, « Chauchau » n’avait toujours pas évoqué sa médaille de bronze à Split en 90, sa participation aux JO de 92 et n’avait même pas, à un seul moment, expliqué en quoi, de son temps, les marathoniens français savaient s’entraîner…
Une attitude que nous ne nous expliquons toujours pas à l’heure actuelle…

Le cross français à l’honneur

Retour également sur les excellentes performances du cross français en ce début de saison hivernale, puisque lors de l’épreuve de court de 3,5 km en 3 boucles qui s’est déroulée fin novembre à Chantenoup-les-Deux-Eglises, le meilleur tricolore, Vincent Guibolin, a fini à une magnifique 37e place derrière 36 Kenyans et Ethiopiens, ne se faisant prendre que 4 tours par le vainqueur ! L’avenir de la spécialité semble assuré dans le camp français !

Marathon de Paris : votre dernière chance !

Le 42 km parisien, qui se courra en avril prochain, est déjà complet ! Enfin presque, puisqu’il reste quelques dossards solidaires Jogging’s World Attitude qui vous permettront de participer pour une bonne cause.
Pour obtenir le précieux sésame, rien de plus simple : vous vous connectez sur notre site dessoussouspourJWA.net, vous choisissez l’association que vous voulez soutenir (au choix la Fondation JWA, l’Association des amis de JWA ou JWAddict), vous récoltez 1.500 euros auprès de vos proches (les grands-parents sont des proies donateurs de choix), vous ajoutez 250 euros de frais de gestion (et 2 timbres pour l’envoi du dossard), vous résolvez le conflit au Proche-Orient et le dossard est à vous !

 

Matthieu Forichon, dessinateur/auteur de talent, sort fin novembre le tome 2 de son petit précis du trail illustré. Pour découvrir son univers : http://www.desbossesetdesbulles.com

Il a eu une idée assez géniale : sélectionner une soixantaine de traileurs qui permettent de gagner autant de livres. Parmi eux, Yoann Stuck, Sylvaine Cussot, Manu Gault, Stéphane Brogniart… et moi (me demandez pas ce que je viens faire au milieu de ces gens sachant à peu près courir…).

Le principe : je vais cacher ledit livre dans l’un de mes spots de trail préférés, je sème les indices sur Facebook (via mon profil https://www.facebook.com/nicolas.gardon.10 et sur la page dédiée à l’évènement https://www.facebook.com/events/809828032472955/) et c’est à vous de faire le reste. Si vous n’habitez pas vers chez moi, pas de panique : des livres sont semés partout en France (cf, donc, la page de l’évènement).

Je vais également mettre les indices au fur et à mesure sur cet article afin qu’ils soient tous regroupés…

A noter : le livre sera « planté » le samedi 21 en milieu d’après-midi…

Indice 1 – Mercredi 18 novembre – Sur la trace de l’agrume

opXRGVNO8HU

Indice 2 – Jeudi 19 novembre – La ville en rouge

mc

 Indice 3 – Vendredi 20 novembre – Mise au vert

ind3

 

Je suis fatigué…

Publié: novembre 14, 2015 dans Uncategorized

2048x1536-fit_dessin-peace-for-paris-realise-apres-attentats-13-novembre-2015-artiste-francais-jean-jullien

Hier; vendredi 13 novembre2015, je me suis couché tôt. Très tôt. Une longue journée, un long trajet, une longue fatigue. J’avais commencé à tapoter mollement un nouvel article pour ce blog. L’idée m’avait fait rire, mais les mots sortaient de travers. J’ai fermé le PC, décidé à remettre ça au lendemain.

Le lendemain est arrivé ce matin. Le petit déjeuner, un coup d’oeil distrait au portable, branché sur Facebook. « Olivier Gaillard et 137 de vos amis sont en sécurité. » Je ne comprends pas. En tout cas pas tout de suite. Le réveil est brutal. Une claque. Puis une gueule de bois. Je branche la radio avant de rapidement débrancher. Je décide, égoïstement, de me préserver un peu. Je veux écrire, mais les mots sortent, encore, de travers. Hier, ils devaient faire rire. Aujourd’hui, j’aurais aimé qu’ils fassent réfléchir. Mais la tâche est trop grande pour moi. Et puis en ai-je vraiment envie ?

Envie de dire ma colère, ma hargne, ma tristesse, mais aussi ma joie égoïste de savoir qu’Olivier va bien. Il devait être au Bataclan. Une maladie soudaine l’en a empêché.

Les drapeaux bleu blanc rouge fleurissent sur les profils FB, tout le monde « prie pour Paris ». Je ne suis pas le mouvement. « A quoi bon ? ». Certains politiques commencent à récupérer à tout va, j’ai de puissants désirs de grandes claques dans la gueule. Certains contacts FB relaient les intox les plus outrancières, amalgament avec une haine rageuse, se libèrent de leurs pensées les plus vomitives. Je réponds une fois, deux fois, trois fois. Puis la fatigue revient. De nouveau « A quoi bon ? ». Je ne les ferai pas changer d’avis, ils ne me détourneront pas de mes principes, de ce que j’ai vécu, de ce à quoi je crois. Je deviens, pour certains, un « sale gauchiste ». Je les remercie du compliment avant de les bouter hors de mon monde virtuel.

Lundi, j’irai donner mon sang. J’organiserai une vente de matériel de course au profit des victimes si, entre temps, des besoins apparaissent. Auparavant, j’aurai tapé ces quelques mots. D’abord pour moi, peut-être pour vous. Ils sentent bon le pathos, une certaine forme de nombrilisme, un désordre qui ne me quitte plus depuis ce matin. Peu importe, ils sont là, vous en faites ce que vous voulez…

robertparis

La nouvelle est passée inaperçue, mais on connaît depuis ce matin le vainqueur du marathon de Paris du 12 avril dernier. Il s’agit de Robert Chombier, 47 ans, qui l’emporte en ayant couvert les 42,195 km en 5h34min37s.

« C’est ASO qui m’a appelé ce matin. Je rentrais de ma séance de 6×1000 m en 7 minutes, autant dire que je m’étais mis bien minable. Bref… Donc, le mec d’ASO me demande mon adresse pour qu’il m’envoie mon chèque. Ça m’a semblé bizarre, au début : d’habitude, c’est plutôt moi qui leur donne des sous. Mes gamins le savent : le mois qui suit mon inscription au marathon de Paris, c’est patates tous les jours. Enfin, l’an dernier, ça a été pendant six mois, j’ai fait toutes les Mud Day. Bon, toujours est-il qu’il devait m’envoyer le chèque pour ma première place au marathon. Moi, je pensais avoir fini 37.589e. »

Et c’était bien le cas. Jusqu’à ce que les 37.588 coureurs et coureuses le précédant soient contrôlés positifs. Apprenant le scandale, Sebastian Coe aurait déclaré : « Moi, j’ai rien vu, j’étais en train de me faire un sandwich », tandis que Bernard Amsalem expliquait « tomber des nues : jusqu’à ce matin, je ne connaissais même pas la signification du mot dopage. Mais Robert Chombier est la preuve que l’athlétisme français de haut niveau est propre ! »

Prochain objectif pour Robert: décrocher le record du monde de la distance. Après le contrôle positif de 2.5 millions de marathoniens à travers le monde, la marque est désormais à 4h58min59s et a été réussie en août dernier au marathon de Saint-André-des-Eaux par le franco-chilien Robertin Gigouroux. Robert tentera dans la foulée les records du monde sur saut en hauteur (1m65), saut en longueur (3m14) et javelot (12m57) avant de s’embarquer sur le prochain Tour de France qu’il espère boucler, en vainqueur, au bout de 4 mois et demi.

Dernière minute : l’analyse de l’échantillon B de Robert par l’Agence mondiale antidopage a révélé que le vainqueur du marathon de Paris avait été contrôlé positif au Rhinadvil. « Bah oui, j’avais le nez tout bouché. Mais je tire les conséquences de ce résultat en me retirant définitivement de la vie sportive. » Tous les coureurs classés derrière lui ayant également été pris dans les mailles du filet, c’est finalement Thomas, 22 ans, conducteur de la voiture balai ASO, qui remporte ce marathon 2015. Bravo à lui !

Philippe Rémond à coeur ouvert

Publié: novembre 5, 2015 dans Fun

404444c931d316dd512f7d832ef15260_largeA moins d’un an des JO de Rio, Philippe Rémond, responsable du projet marathon à la Fédération française d’athlétisme, a accepté, sans langue de bois, de répondre à nos questions sur l’état du haut niveau français sur 42 km. Un entretien exclusif !

Philippe, Rio, c’est dans moins d’un an. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les perspectives ne sont pas extraordinaires pour le camp français du côté du marathon.

Mais Christelle Daunay a fait 2h26min57s à New York !

Certes, mais c’est un peu le baobab qui cache le jardinet. Chez les femmes, on a du mal à voir qui pourrait l’accompagner au Brésil…

Mais Christelle Daunay a fait 2h26min57s à New York !

J’entends bien. Mais vous pensez, par exemple, que Sophie Duarte a la capacité de réussir les minimas ?

Je crois que vous ne m’avez pas bien compris : Christelle Daunay a fait 2h26min57s à New York !

Et du côté des hommes ? Abdellatif Meftah sort de blessure, Benjamin Malaty est loin des minimas en faisant 2h17 à Francfort, Hassan Chahdi n’a pas encore couru un seul marathon, Yohan Durand en est à l’apprentissage…

Vous savez qui a fait 2h26min57s à New York ?

J’ai une idée… Bon, au final, quel est l’avenir du projet marathon à la FFA ? Parce que là, on est dans le flou.

Ce qui n’est pas flou, c’est que Christelle Daunay a fait 2h26min57s à New York !

Mais est-ce que…

Christelle Daunay !

Pourtant…

Christelle Daunay !!!

Je veux bien, mais…

Christelle Daunay, Christelle Daunay, CHRISTELLE DAUNAY, CHRIIIIISSSSSSTEEEEELLLLLLLEEEE DAUNNNNNAAAAAYYYYYYY !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Merci Philippe pour cet éclairage particulièrement enrichissant. Une dernière chose à ajouter ?

La force du projet marathon de la FFA, c’est avant tout le collectif, cette émulation entre les athlètes, cette capacité à ne pas en mettre un plus en avant que les autres. Euh, vous auriez pas vu Christelle Daunay ?